Ecc 4.1-3

« Dieu a mis dans le cœur de l’homme la pensée de l’éternité », il ajoute et la pensée de la justice. Il le dit ici par la négative : voir l’oppression nous enlève le goût de vivre… ou le devrait… Il semble surtout se révolter contre le manque de consolation pour les opprimés. La consolation pour les autres lui semble plus essentiel que la justice pour lui-même.

Chercher à laisser une trace dans le monde est poursuite de vent. Mais le bonheur, la justice et la consolation sont des quêtes légitimes, même si nous savons que nous n’y parviendrons jamais entièrement sous le soleil.

Ecc 3.18-22

12e constat : Tous mourront et on ne sait rien de l’après. Mieux vaut être heureux maintenant.

« Tout a été tiré de la poussière et tout retourne à la poussière ». L’Ecclésiaste semble, une nouvelle fois, se moquer de la philosophie grecque et de son concept d’éternité de l’âme. Ce passage est enchâssé dans son développement sur la justice ; on ne sait pas trop ce que l’Ecclésiaste imagine pour l’après la mort, mais il affirme clairement la réalité du jugement divin. On pourrait plagier son développement par : « Comme les animaux, nous mourrons tous, ne nous conduisons pas comme des bêtes. »

Ce qu’il affirme surtout, c’est que la réalité de la mort colore notre vie. Et elle devrait nous pousser à pratiquer la justice et à nous réjouir de la vie présente… plutôt que de nous évader dans une recherche d’abstractions, pour s’imaginer que nous sommes sans limite.

« La seule valeur de la vie est la vie elle-même. Sa seule raison d’être est elle-même. C’est d’ailleurs pourquoi Qohélet va à la fois intensément aimer la vie et la haïr. Ca vaut le coup de vivre et c’est terrible de vivre. » A.Maillot

Ecc 4.4-12 (1e partie)

13e constat : les relations sont gâchées par la jalousie. Mieux vaut de bonnes relations qu’une surcharge de travail.

Agir par rivalité, par désir de surpasser les autres ou de les impressionner, c’est courir après le vent.

Il ajoute qu’il vaut mieux une main pleine de repos, que deux pleines de labeur. Deux mains pleines de repos est insensé, dit-il. Et deux mains pleines de labeur l’est tout autant. « A quoi bon… », s’exclame le travailleur solitaire de cette parabole.

L’Ecclésiaste a été un acharné du travail (ch.2), il constate avec du recul, qu’il a été son propre oppresseur et celui de ses subalternes (et sans doute de sa famille). Bibliquement, le sabbat permet le repos pour nous et ceux qui dépendent de nous, il nous enseigne aussi à nous réjouir d’être « simplement » là dans la présence de Dieu.

« Quelles personnes sont particulièrement touchées par le burn-out ? Les plus dévouées !

Pour le burn-out, comme pour ses récidives, les professions les plus exposées restent les professions d’aide : soignants, assistantes sociales, éducateurs et enseignants, juges, personnels pénitentiaires, personnels de police… » F.Baumann.

P.Ide affirme que les médecins et les policiers manifestent plutôt un symptôme de dépersonnalisation et les autres plutôt de l’épuisement professionnel.

(petit extrait de mon mémoire de coaching).

Ecc 4.4-12 (2e partie)

13e constat : Mieux vaut de bonnes relations qu’une surcharge de travail.

En période de confinement, certains rêvent d’un peu plus d’activités et d’autres de journées « que » raisonnablement chargées... Et nous espérons, tous, des relations plus profondes.

L’Ecclésiaste donne trois pistes pour profiter de la vie :

  • Nous souvenir combien les relations sont précieuses.
  • Valoriser la compagnie, dans le travail, dans le repos et dans l’adversité.
  • Ralentir nos activités et surtout les mettre à leur juste place dans nos préoccupations… pour laisser de la place aux autres.

 « Il est quand même des heures ici-bas où l’on ne perd pas son temps : les heures de l’amitié et de l’amour » A.Maillot.

« Bien entendu Qohélét va commencer par l’envers de la médaille : la solitude. Elle est une des pires malédictions que l’homme puisse connaître ici-bas car elle est déjà la mort. Dans la meilleure veine de Genèse 2, Qohélét va répéter à sa manière qu’il n’est pas bon que l’homme soit seul, car il n’a pas été fait pour exister seul. Nul ne vit pour soi-même ! Pas même Dieu. » A.Maillot

Ecc 4.13-16 & Ecc 5.7-8

14e constat : nous plaçons trop facilement des attentes irréalistes sur nos dirigeants…

Mieux vaut avoir pour roi un gamin sage qu’un roi gâteux, qui n’écoute plus les conseils (4.13). Mais ne nous leurrons pas ce nouveau dirigeant nous décevra tout autant que l’ancien. L’Ecclésiaste présente avec humour le long cortège des courtisans déçu. Et il prévient qu’il ne faut pas s’étonner des dysfonctionnements de l’État, car le roi, comme les anciens, ne sont pas automatiquement sages… la sagesse consiste à écouter les conseillers.

L’Ecclésiaste nous met en garde, le Seigneur seul est un roi parfait, ne courrons pas derrière ceux qui prétendent tout améliorer.

Pour ceux qui préférerait une république, il décrit une administration, où chacun est surveillé par un supérieur et cela conduit à s’occuper des intérêts de son supérieur, plutôt qu’à ceux du peuple (5.7). 

Le cynisme de l’Ecclésiaste n’est pas fatalisme, il dénonce l’injustice et l’oppression, il ne tombe pas dans le travers de baisser les bras et surtout pas dans celui de justifier le désordre du monde.

Certains ont vu, dans ce livre, la création du syndicalisme. Lutter contre l’oppression en formant une corde à plusieurs brins (4.12). Mais pour cela, il nous faut renoncer à la jalousie et au désir d’être au-dessus des autres (4.4).

Ecc 4.17-5.6

Conseil : Dans le temple : approche-toi pour écouter.

Mieux vaut se taire que prier trop ou trop vite.

Étrange exhortation à ne pas être trop pieux. La motivation de l’Ecclésiaste est de redonner du poids à la prière. L’abondance de paroles nuit souvent à la profondeur. Les décisions sont parfois prises sans réfléchir, nos engagements ne servent finalement qu’à nous discréditer à nos propres yeux. Nos prières reflètent parfois notre illusion de savoir mieux que Dieu, ce que Dieu veut.

« Méfions-nous de l’abondance de rêves et de paroles légères (v.6)… ». L’exhoration de Qohélét revient à ceci : « Ne te prends pas pour le bon Dieu. N’oublie pas ta condition de créature ! Ne te monte pas le cou ! » » A.Maillot

L’enseignement de Jésus (Mt 6) n’est finalement pas très différent.

Dates à retenir

Tous les mercredis

Réunion de prière à l'église

Tous les mercredis à 20h

Le 3ème samedi

Petit déjeuner devant l'église

08h30

Dimanche

Culte

10 h 00

Perspectives : Des églises, une mission

Perspectives (nouveau nom de France-Mission)

Réseau Fraternel Evangélique Français
Conseil National des Evangéliques de France

Nous contacter

Eglise Protestante Evangélique

La Bonne Nouvelle de Chartres

1 rue de Rechèvres

28000 CHARTRES

Pasteur Olivier REBER

Téléphone : 02 34 43 33 61

Nos cultes

Culte à 10h tous les dimanches

Email :

Site : www.epe-chartres.com

Membre de l’Union d’Eglises Perspectives

Affiliée au Réseau FEF et au CNEF

Espace membres

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Copyright © 2002 - 2020 Eglise Protestante Evangélique La Bonne Nouvelle de Chartres Administration Création : Mon Eglise sur le Net